Marché de l’immobilier ancien : stabilisation des prix

Marché de l’immobilier ancien : stabilisation des prix

Le sursaut des prix observé traditionnellement au printemps n’a pas eu lieu. Au cours du 2ème trimestre 2012, les prix des logements anciens sont en effet quasiment restés stables (+0.1% par rapport au 1er trimestre sur le marché des appartements, +0.2% sur celui des maisons). Au terme de neufs mois consécutifs sans hausse (+0.0% au 4ème trimestre 2011, -0.6% au 1er trimestre 2012, +0.1% au 2ème trimestre 2012), la variation annuelle des prix s’établit à :

 +5.1% en moyenne annuelle (12 derniers mois / 12 mois précédents) ;

 +2.6% en glissement semestriel (1er semestre 2012 / 1er semestre 2011) ;

 +1.4% en glissement trimestriel (2ème trimestre 2012 / 2ème trimestre 2011.

Le mouvement de stabilisation des prix, qui succède à deux années de hausses (+2.0% en 2010 et +7.3% en 2011), est donc bien enclenché. Si l’on compare le 1er semestre 2012 au 2nd semestre 2011, les prix ont même enregistré un léger recul de -0.6%, tant sur le marché des appartements (-0.5%), que sur celui des maisons (-0.6%).

Sur la même période (1er sem. 2012 / 2nd sem. 2011), l’Ile-de-France ne fait plus figure d’exception. Les prix s’y stabilisent désormais également (-0.1% pour les appartements, +0.7% pour les maisons), comme sur le reste du territoire où aucun marché n’enregistre d’évolution des prix supérieure en moyenne à 3% en valeur absolue (hausse ou baisse).

Au total, seuls les prix des appartements en Ile-de-France se maintiennent à un niveau élevé, supérieur de 16% par rapport à celui qui prévalait il y a cinq ans. En province, les prix demeurent comparables à leur point haut atteint en 2007.

 Sources : communiqué FNAIM

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.