L’immobilier résidentiel 2013 : au ralenti

L’immobilier résidentiel 2013 : au ralenti

Le marché résidentiel a fonctionné au ralenti en France en 2013. Dans l’ancien, les prix ont légèrement diminué de 1,4 % sur un an (sources : chiffres du T3 2013 INSEE-Notaires), tandis que les volumes reculaient de 5,7 % (-12 % en 2012). Malgré un environnement économique et réglementaire adverse, le marché a été soutenu par des taux d’emprunt restés bas et une production de crédits bancaires abondante.

Dans le neuf, la baisse des mises en chantier s’est poursuivie, mais à un rythme moins soutenu : -6 % en glissement annuel à fin novembre, contre – 18 % en 2012. Si les réservations ont diminué de 7,5 % sur un an au T3, c’est surtout l’augmentation des annulations qui est marquante (+25 %, soit 10 % des réservations). Face à une demande atone et incertaine, les promoteurs ont fortement restreint le nombre de nouveaux lots mis sur le marché (-33 %).

2014-01-16_165643.jpg

 Source : La Française AM

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.