L’immobilier neuf 2010 crève le plafond grâce aux mesures publiques

L’immobilier neuf 2010 crève le plafond grâce aux mesures publiques

Les chiffres du logement neuf publiés le 22 février par le ministère de l’Écologie et du Logement donnent le sourire à Benoist Apparu. Le secrétaire d’État au logement s’est félicité et ajoute « Ces très bons chiffres confirment la reprise de la construction de logements en France et la sortie de crise« . 115 000 maisons et appartements ont été vendus en 2010 soit une hausse de + 8.6% en majorité des ventes avant construction. Les mises en chantier ont donc progressé en janvier 2011 de 6.1% par rapport à la même période. Quand aux permis de construire délivrés, un bond de 14.5% a été enregistré soit 110 786 permis délivrés.

Comment expliquer ces excellents chiffres ? Pour Michel Mouillart, professeur à Paris X-Nanterre et spécialiste de l’immobilier, les mesures publiques de soutien ont pleinement atteint leurs objectifs. En effet le Pass Foncier favorise l’achat des terrains de constructions pour les primo-accédants. Le doublement du prêt à taux zéro a permis aussi de soutenir la demande. Par ailleurs, le dispositif Scellier a stimulé le marché en attirant les investisseurs qui espèrent des réductions d’impôts. Ce dispositif a même trop bien fonctionné puisque 2/3 des ventes de 2010 ont été faites via cette niche fiscale. Des effets de bords ont été constatés par les associations de consommateurs qui dénoncent un effet d’aubaine des promoteurs qui leur vendent des logements dans des zones en faible demande de logement.

Les aides publiques de 2011

Le dispositif Scellier va subir un coup de rabot, la réduction d’impôt est ramenée à 22% uniquement réservée aux bâtiments neufs basse consommation énergétique. Pour les non BBC l’avantage fiscale se réduit à 13%.

Le nouveau PTZ, appelé Ptz Plus, réservé aux primo-accédants devrait « booster» l’activité. L’État compte sur 380 000 Ptz Plus signés pour 2011. Toutefois, un temps de rodage semble nécessaire à la fois pour les banques et les bénéficiaires potentiels afin d’appréhender son mécanisme.

Hausse de l’inflation ainsi que hausse des taux de prêt immobilier, l’année 2011 remplie d’incertitudes risque de plonger les acheteurs dans l’attentiste. Selon une étude de Logic-Immo & Tns Sofres, la crainte d’une dégradation future de leur niveau vie, les acquéreurs seraient contraints « de saisir l’opportunité du moment et à accélérer la réalisation de leur projet. »

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.