Les acquéreurs ont du mal à convaincre les banquiers

Les acquéreurs ont du mal à convaincre les banquiers

La tendance du marché de l’immobilier réalisée auprès d’études notariales par le Professeur Bernard Thion pour Immonot.com est publiée tous les 2 mois. Voici celle de septembre et octobre 2011 : une réduction importante de l’activité notariale : Conséquence des lois anti-crise ?

Les observations faites par les études notariales interrogées en ce début d’automne demeurent très pessimistes. Les notaires s’inquiètent, en effet, des répercussions des nouvelles lois anti-crises. 62% d’entre eux penchent pour une réduction d’activité contre 32% pour une stabilité et 7% pour son amélioration. Cette tendance est assez cohérente avec les statistiques sur les transactions en individuel (-5,5% à fin août 2011) et les mises en vente réalisées par les promoteurs (-8,6%) avec un délai d’écoulement qui augmente de 7 à plus de 8 mois (Note de conjoncture immobilière n°13 d’octobre 2011 publiée par le Conseil Supérieur du Notariat).

Limitation des recours au crédit, facteur aggravant sur l’évolution des prix

Tandis que l’indice des prix à fin juin affiche une hausse annuelle de 5,3% pour les maisons (Note de conjoncture immobilière n°13 d’octobre 2011 publiée par le Conseil Supérieur du Notariat), la tendance du marché basée sur une anticipation des prix des compromis garde son orientation à la baisse. Les deux tiers des notaires interrogés semblent, en effet, convaincus qu’il ne peut en être autrement. Outre les récentes mesures prises par le gouvernement pour conserver son triple A, la limitation des recours au crédit apparaît dès à présent comme un facteur aggravant pour l’évolution des prix. Ce que confirme à Roubaix le négociateur de l’étude de Me Prouvost : “ Les acquéreurs, quel que soit leur statut, ont actuellement du mal à convaincre les banquiers de leur accorder un prêt ”.

 Sources : Immonot

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.