#immobilier : Le prix des logements se stabilise

#immobilier : Le prix des logements se stabilise

Immonot.com publie tous les deux mois la tendance du marché immobilier. Cette dernière est issue d’une enquête nationale réalisée auprès d’études notariales, décryptée par le Professeur Bernard Thion pour Immonot.com.
L’enquête concerne le mois de juin 2014.

Une reprise moins importante que prévue

A la fin du printemps, la période électorale étant passée, les négociateurs étaient persuadés qu’une reprise allait enfin se dessiner. Mais, quelque peu déçus par l’activité du mois de juin, et sachant que la période estivale (hors des stations touristiques) est généralement peu active, ils ont finalement revu leurs prévisions à la baisse. Parallèlement, à fin mai et sur les 12 derniers mois, le nombre des transactions réalisées s’élevait à 735 000 logements. Or, durant les années fastes d’avant crise, puis au moment de la reprise fin 2010, ce chiffre s’était stabilisé autour de 800 000. L’écart actuel est donc inférieur à 10 %, avec toutefois une tendance à se réduire d’un mois sur l’autre depuis le début de l’année.

Une stabilisation des prix à la fin de l’été

Les taux pratiqués par les banques n’ont jamais été aussi intéressants. Les conditions sont donc idéales pour les acheteurs. Pourtant, le marché demeure tendu dans bien des régions. C’est ainsi qu’à l’Étude Foursans-Bourdette, on reste plutôt pessimiste : « Les gens ne souhaitent pas vendre ou ne souhaitent pas baisser leur prix. Une maison dans l’agglomération de Pau, d’une superficie de 75/85 m2, se négocie entre 120 000 et 140 000 €. L’an dernier, elle aurait atteint 170 000 à 180.000 € ». En revanche, 40 % des notaires consultés (contre 26 % en avril) prédisent une stabilisation des prix des logements à la fin de l’été. Les commerces suivent cette même tendance, confirmée par les derniers chiffres parus. En effet, l’importante baisse des prix du premier trimestre (- 1 % suivant l’Insee) aurait été suivie par un très faible repli au second semestre (- 0,2 % pour la Fnaim). Pour les terrains, l’optimisme n’est plus de rigueur puisque 46 % de nos correspondants (contre 41 % précédemment) anticipent une baisse des prix.

L’amélioration de la tendance sur les prix se confirme

Cette amélioration de la tendance sur les prix des logements semble se confirmer à plus long terme. Fin juin, ils ne sont plus que 52 % (contre 72 % il y a quelques mois !) à conseiller de vendre un bien avant d’en racheter un autre. Cette tendance se confirme aussi pour les terrains où la proportion des conseils à la vente passe de 57 % à 43 %, celle des conseils à l’achat augmentant en proportion.

Un contexte économique dépendant de l’Europe.

Au printemps 2013, la France a obtenu un délai de 2 ans pour ramener son déficit sous les 3 % du produit intérieur brut. Or, les objectifs fixés pour y parvenir ont été légèrement dépassés. Ils le seront encore vraisemblablement en 2014. Difficile dans ces conditions pour l’ancien ministre des finances Pierre Moscovici d’obtenir le poste de commissaire aux affaires économiques et monétaires et de devenir ainsi le gardien du pacte de stabilité, ce à quoi L’Allemagne est naturellement opposée. Ce bras de fer entre Berlin et Paris, s’il se termine en notre défaveur, diminuera d’autant le poids de la France dans la conduite de l’Europe dont dépend une part importante de notre économie.

 Sources : Professeur Bernard Thion pour Immonot.com

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.