Immobilier parisien : le sacre des appartements familiaux en 2011

Immobilier parisien : le sacre des appartements familiaux en 2011

Alors que cette année le marché immobilier parisien a été animé par la forte présence des investisseurs en quête de petites surfaces à louer, le marché pourrait être marqué par le retour en force des appartements familiaux en 2011 selon le groupe Consultants Immobilier. En cause, la modification de la fiscalité immobilière. Délaissant les marché financiers, et malgré des prix élevés et de nouveau en hausse, les investisseurs ont bénéficié de taux d’intérêt très attractifs, « bien qu’ils aient légèrement augmentés fin novembre. Ces acquéreurs préfèrent investir dans la pierre en s’endettant à 3 %, même avec une rentabilité de 3 ou 4 % mais avec un potentiel de plus-value à moyen ou long terme », souligne le groupe d’agences immobilières haut de gamme.

Mais les dernières annonces gouvernementales sur la fiscalité portant sur la taxation des revenus et des plus-values du patrimoine devraient modifier la dynamique et la physionomie du marché. « Augmenter la fiscalité sur les revenus de l’immobilier patrimonial va casser ce retour récent et massif des investisseurs sur le marché immobilier parisien des petites surfaces alors même qu’après une période de désaffection, le studio et les petites surfaces en général, avaient regagné leurs lettres de noblesse », estime le groupe Consultants Immobilier.

A l’inverse, la suppression de l’ISF ou le déplafonnement du seuil d’imposition devraient encourager les acquéreurs potentiels de résidence principale à la recherche d’appartements familiaux : « Ainsi, la tendance actuelle du marché, qui se caractérise par une pénurie grandissante de biens familiaux et la hausse des prix, va s’accentuer de plus belle avec ces nouveaux acquéreurs potentiels qui vont être beaucoup plus motivés pour acquérir leurs résidences principales. Cette conjecture ne s’applique que les si les taux d’intérêt restent au même niveau actuel, explique Roger Abecassis, Fondateur du groupe Consultants Immobilier. Ces mesures gouvernementales à venir vont tirer vers le haut le marché des transactions d’appartements familiaux et casser la hausse actuelle du nombre de ventes de studio et deux pièces ; de fait, les disparités de prix au mètre carré entre les différents produits, déjà importante aujourd’hui, va s’accentuer ».

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.