Immobilier haut de gamme : valeur refuge par excellence

Immobilier haut de gamme : valeur refuge par excellence

Si l’on en croit les observations du réseau d’agences immobilières Barnes, spécialisé dans le haut de gamme, les biens de prestige et de qualité constituent désormais un placement patrimonial très prisé par les investisseurs internationaux. Le marché haut-de-gamme est constitué par les biens d’exception, uniques en leur genre de part leur emplacement notamment, et par les biens de qualité, dans des immeubles de standing et dans les plus beaux quartiers des grandes villes.

Les biens d’exception

« Extraordinaires, rares, inattendus » sont autant de qualificatif utilisés par Barnes pour décrire ce type de biens. Mais pour en devenir l’heureux propriétaire, il faut être prêt à mettre sur la table une somme bien rondelette et « en aucune façon corrélée avec les prix constatés dans le quartier ». En général, les investisseurs disposent d’une fortune d’au moins 25 million d’euros… Ces biens se trouvent notamment à Paris, Londres, New-York, Miami, Deauville ou encore Courchevel. « Le marché reste actif dans ces villes, malgré la rareté des biens disponibles », observe Barnes. Une rareté qui « renforce le volet patrimonial de ces placements immobiliers devenus une alternative à l’achat d’art ou d’or », ajoute le groupe. Côté prix, Paris offre des opportunités entre 20 000 et 30 000 €/m², avec des records avoisinant les 50 000 €/m².

Les biens de qualité

Accessibles pour bon nombre d’investisseurs internationaux, leurs prix sont variables selon les villes. Ainsi, Madrid connaît des transactions stables tandis que Londres, Moscou et les villes du lac Léman « ne cessent de croître ». A noter cependant que Londres n’a pas encore rattrapé son niveau de 2007. A New-York, le marché reprend des couleurs grâce notamment aux taux d’intérêt très bas. En un an, le prix moyen des transactions a progressé de 9 %. En revanche, Miami a vu ses prix baisser. Ils sont désormais au niveau de ceux pratiqués en 2003 ! Et Paris a connu une hausse des prix de plus de 10 % depuis un an. Actuellement, il faut compter entre 10 000 et 15 000 €/m². En province, les biens vendus autour de 1,5 million d’euros partent bien, contrairement à ceux dépassant les 2 millions d’euros. « De manière générale, les biens haut-de-gamme continuent à attirer une clientèle fortunée, qui a l’habitude d’arbitrer les devises pour investir à travers le monde », explique Barnes. En outre, pour ce type d’investisseurs il est très intéressant de diversifier les zones géographiques dans lesquels ils achètent « afin d’optimiser l’effet prix et l’effet de change, source de valorisation du patrimoine familial et immobilier ».

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.