Immobilier ancien : la baisse des prix est entamée !

Immobilier ancien : la baisse des prix est entamée !

Depuis cet été, la baisse des prix dans l’ancien est devenue très concrète sur le territoire national. Le prix moyen des transactions observé par le réseau d’agences Century 21 a diminué de 2,7 % en France entre le 3ème trimestre et les six premiers mois de l’année. La baisse est encore plus importante pour les maisons (-4 %) que pour les appartements (-0,8 %).
7 régions accusent un recul des prix sur la période : la Bourgogne (-9,7 %), le Centre (-5,4 %), la Lorraine (-4,4 %), la région Paca (-3,7 %), le Nord et la Picardie (-3,4 %), la Basse-Normandie (-3 %) et la Champagne-Ardenne (-1,3 %).

La différence parisienne

Paris fait figure d’exception, avec une croissance de 2,3 % sur la période. Un nouveau record y est établi avec 836 € par m2. Les prix diminuent de peu en Ile-de-France, avec -0,2 %. Cependant, deux départements se distinguent par une plus forte baisse : les Yvelines, avec -13,7 %, et la Seine-et-Marne avec -4,1 %.

Entre le 3e trimestre 2011 et le 3ème trimestre 2010, le nombre de transactions sur le marché de l’ancien s’est replié de 11 % en France et jusqu’à 20 % en Ile-de-France.

L’insolvabilité des acteurs se généralise

La morosité du marché peut s’expliquer par les difficultés de solvabilité des acheteurs. Dans la typologie des primo-accédants, la part des moins de 40 ans et des revenus modestes recule. Century 21 analyse « Dans la capitale la quotité de financements par emprunts est passée de 64 % à 54 %, confirmation (…) que le marché parisien n’est porté que par les secundo accédants ».

Seule une baisse des prix plus importante pourrait redynamiser l’activité si les taux de baissent pas. D’après Century 21, « Ce n’est que lorsque les prix au mètre carré diminuent de plus de 5 % que l’activité repart à la hausse. Partout où la baisse des prix est inférieure à 5 %, les volumes de ventes reculent de 15 à 25 % ».

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.