Acquéreurs attentistes, pouvoir de négociation des vendeurs faiblit.

Acquéreurs attentistes, pouvoir de négociation des vendeurs faiblit.

“En 2 ans, le marché immobilier a perdu 1 million de candidats à l’accession. De 3,5 millions en 2011, ils sont passés à 2,5 millions sur la même période en 2013. Le nombre de vendeurs est, quant à lui, resté stable à 2 milions. L’écart entre les intentions d’achat et de vente se resserre.

Au-delà des achats contraints liés à des circonstances personnelles, c’est le niveau historiquement bas des taux d’intérêt qui semble avant tout retenir les 2,5 millions d’acquéreurs sur le marché. 76% d’entre eux pensent, en effet, que les taux sont attractifs à comparer à 25% un an plus tôt. Toutefois, une grosse moitié attend toujours une baisse des prix dans les 6 prochains mois. La décôte attendue est de 10% pour 38% d’entre eux, quasiment autant se satisferaient de 5%.

Les candidats à l’achat ont le sentiment qu’acheter aujourd’hui implique le risque de passer à côté d’une baisse des prix dans les mois à venir. Or, les perspectives économiques les incitent à la prudence. Un tiers des acquéreurs sont sceptiques quant à la concrétisation de leur projet si les prix continuent de se maintenir. Sans une baisse franche des prix, le marché menace de continuer à s’enliser d’autant plus si les taux d’intérêt, principal levier du marché, étaient amenés à remonter dans les mois à venir.“ Stéphanie Pécault, Responsable Etudes de Logic-immo.com.

2013-07-29_134533.jpgLES ACQUÉREURS DÉSERTENT LE MARCHÉ…

L’écart entre acquéreurs et vendeurs se resserre ” : Après un début d’année prometteur, le nombre d’accédants à la propriété est retombé en avril 2013 à 2,5 millions, soit 1 million de moins qu’en avril 2011. Le nombre de vendeurs potentiels s’est, quant à lui, maintenu à 2 millions.

Frustration face à l’insuffisance de biens sur le marché ” : Même si l’offre se maintient, les acquéreurs se disent frustrés dans la recherche du bien adapté à leurs besoins. Le choix reste limité pour 54% d’entre eux et les délais trop longs pour 56%.

LES ACQUÉREURS NE TRANSIGENT PLUS ET ATTENDENT UNE VRAIE CORRECTION DES PRIX

65% des futurs acquéreurs pensent que le moment est favorable à une acquisition… ” : En dépit d’un choix limité, 65% des acquéreurs pensent que le marché offre de bonnes opportunités, contre 36% deux ans plus tôt. Aussi, en valeur absolue, le nombre d’acquéreurs optimistes à l’égard du marché est ainsi passé de 1,3 à 1,6 million. Cette évolution indique un changement de perception chez les futurs acquéreurs: ils se sentent beaucoup plus en position de force qu’il y a deux ans.

2013-07-29_134609.jpgLe niveau historiquement bas des taux de crédit motive 76% des acquéreurs” : La baisse continue des taux d’intérêt contribue largement à l’optimisme des candidats à l’accession: 76% d’entre eux les trouvent attractifs. Ils étaient 25% à partager cette opinion, un an plus tôt. Toutefois, ils se sentent encore bridés dans leur projet immobilier par les conditions bancaires. 48% d’entre eux les trouvent trop restrictives.

68% craignent toujours une dégradation du niveau de vie général dans les mois à venir

66% des candidats à l’accession relèvent une stabilisation de leur situation financière personnelle au cours des 6 derniers mois. 18% ont même relevé une amélioration mais, presque autant (16%) estiment qu’elle s’est détériorée.

2013-07-29_155704.jpgToutefois, les perspectives économiques à venir pèsent sur leur projet: 68% des futurs acquéreurs partagent une vision pessimiste de l’évolution du niveau de vie général futur. Dans ce contexte incertain, ils redoublent de prudence avant de s’engager dans un projet de long terme.

2013-07-29_155717.jpg 58% attendent une décote des prix… ” : Ingrédient manquant du passage à l’acte: une vraie baisse des prix. Alors qu’en 2011, seuls 17% des acquéreurs envisageaient une décote du marché immobilier, cette période est révolue. La baisse des prix est devenue une quasi-certitude pour 58% d’entre eux. Plus que 7% imaginent possible une hausse des prix contre 41% en 2011.

Seuls 55% sont convaincus de la concrétisation de leur projet à court terme” : Dans un contexte où la prudence est de mise, les acquéreurs
craignent de s’engager sachant qu’une baisse franche des prix leur paraît imminente et inévitable. Si 55% continuent de croire en la réalisation de leur projet dans les 6 prochains mois, ils sont 32% à témoigner un certain
scepticisme.

2013-07-29_155717.jpgSource : Logic-immo.com et TNS Sofres, 10e enquête trimestrielle menée auprès d’un échantillon représentatif de plus de 1000 personnes ayant l’intention d’acquérir un logement d’ici à 1 an

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.