2012 : IMPACT DES COUPS DE RABOT ANNONCES et APPROCHE DES ELECTIONS PRESIDENTIELLES

2012 : IMPACT DES COUPS DE RABOT ANNONCES et APPROCHE DES ELECTIONS PRESIDENTIELLES

Les coups de rabot annoncés pour 2012 commencent à se faire sentir sur le marché, dès le troisième trimestre 2011.

Le dispositif d’investissement locatif défiscalisant Scellier va être réduit de 22 à 13% en 2012 avant d’être supprimé. Cette mesure s’est ressentie dès le mois d’octobre 2011 dans les projets immobiliers des futurs acquéreurs. En effet, les investissements locatifs qui représentaient 9% en janvier 2011 sont passés à 5% en octobre.

Parallèlement, l’annonce d’une réduction brutale du PTZ+ et sa suppression dans l’ancien a eu un impact immédiat sur les projets des primo-accédants en octobre 2011. Pour rappel, le PTZ+ est ouvert à tous les primo-accédants et consiste en une avance sans intérêt dont le montant est déterminé par plusieurs critères: le niveau de ressources et la taille de la famille, la zone géographique, le caractère neuf ou ancien du logement et ses performances énergétiques.

Après avoir atteint 53% en juillet 2011, la part des primo-accédants est descendue en octobre en dessous de son niveau de janvier 2011 : 46% (48% en janvier).

Le coût de frein observé dans l’émission de crédit est également susceptible d’avoir affecté les primo-accédants qui, par définition, ne disposent pas de patrimoine immobilier. La part des personnes vendant pour acheter un bien a, en effet, progressé entre janvier et octobre 2011, passant de 18% à 21% des projets d’acquisition.

IMPACT DE L’APPROCHE DES ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES

En avril et juillet 2011, l’impact de l’approche des élections présidentielles était mineur: seulement 10% des futurs acquéreurs se sentaient impactés, avec 3% qui songeaient à accélérer leur projet contre 7% qui envisageaient de le retarder.

À mesure que l’on avance dans le calendrier, l’impact des élections se fait de plus en plus sentir. Ils sont désormais 15% à prendre en compte ce facteur dans leur projet immobilier avec 6% d’entre eux qui auraient tendance à l’accélérer contre 9% à le retarder.

CONCLUSION

Avec un indice de confiance à -11,4 pts, les futurs acquéreurs sont devenus frileux au troisième trimestre 2011 et ils ont tendance à repousser leur projet. Les quatre facteurs responsables de ce refroidissement sont : l’attente d’une baisse des prix, la baisse des émissions de crédits immobiliers, la dégradation du contexte économique, mais aussi, la décision du gouvernement de réduire son soutien à l’investissement locatif et à l’accession à la propriété. Plus qu’un coup de rabot, la réforme de la taxation des plus-values immobilières et la menace qui pèse sur le PTZ+ semblent avoir eu l’effet d’un coup de massue sur les projets des futurs acquéreurs. Compte tenu du contexte, l’impact a été quasi-immédiat sur les projets d’acquisition à moins d’un an : la part des primo-accédants et des investisseurs locatifs a reculé de manière significative en octobre. À cet égard, on peut s’attendre à ce que l’approche des élections ait un impact croissant sur les projets des futurs acquéreurs au cours des prochains mois. Même si encore modeste, on observe, au troisième trimestre, une augmentation de la part des personnes ayant l’intention de reculer leur projet.

MÉTHODOLOGIE / LOGIC-IMMO & TNS Sofres
Le calcul de l’indice de confiance s’appuie sur les travaux menés par l’Université du Michigan pour le calcul de l’indice de Sentiment du Consommateur et sa déclinaison sur le marché de l’art: Art Market Confidence Index.
Logic-Immo.com en partenariat avec TNS Sofres et sur la base d’un suivi régulier du marché, a adapté cet indice au marché de l’immobilier résidentiel français.
Le calcul s’appuie sur les réponses à 4 questions-clés:

 Moment d’acheter un bien

 Évolution de la situation financière personnelle depuis 6 mois

 Niveau de vie général dans 6 mois

 Perception du prix des biens dans 6 mois

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.