208 milliards d’euros pour le BTP dans le cadre du Grenelle de l’environnement

208 milliards d’euros pour le BTP dans le cadre du Grenelle de l’environnement

Selon une étude d’impact menée par le ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire, la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement, notamment dans les domaines du bâtiment, des transports et de la protection de la nature, devrait nécessiter 440 milliards d’euros d’investissement sur la période 2009-2020 et concerner 535 000 emplois.

Le secteur du bâtiment se taille la part du lion : entre la construction de bâtiments neufs et la rénovation, il devrait absorber 208 milliards d’euros, et s’accompagnerait du maintien ou de la création de près de 235 000 emplois. Les énergies renouvelables (dont l’objectif européen est de porter leur part à 23 % minimum de la consommation d’énergie en 2020) comptabiliseraient 115 milliards d’euros et devraient entraîner la création de 220 000 emplois créés. Enfin, les transports (avec au programme, entre autres, le doublement du réseau TGV, le lancement du canal Seine-Nord-Europe et le soutien au fret hors routier) bénéficierait de 97 milliards d’euros pour 80 000 emplois.

La loi fixe un objectif de réduction d’au moins 38 % de la consommation d’énergie dans le bâtiment existant d’ici à 2020 : 800 000 logements privés devraient être rénovés sur la période 2009-2013, puis 400 000 autres d’ici à 2013, sans compter la totalité du parc de logements sociaux en commençant par les 800 000 les plus dégradés. Si, selon l’étude, les lois du Grenelle préconisent une réduction des émissions de CO2 d’environ 35 millions de tonnes par an à partir de 2013, pour le bâtiment, l’économie réalisée pourrait s’élever à 12 millions de tonnes de CO2 par an à l’horizon 2013, soit une baisse de 10 % par rapport à aujourd’hui.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.