PRET IMMOBILIER, Crédit immobilier, les taux immobilier, information sur l'immobilier
►Trouvez un courtier◄ Crédit immo avec Empruntis
►Taux de crédit immobilier◄ Grille des Taux Courtiers Historique des taux
Accueil > Marché immobilier > Acheteurs - Revendeurs : retour sur le marché ?

Marché immobilier

Acheteurs - Revendeurs : retour sur le marché ?

Les acquéreurs-revendeurs anticipent une stabilisation des prix et reviennent en force, selon le dernier observatoir du moral immobilier de Logicimmo.com.

Entre avril et septembre 2013, la part des acquéreurs immobiliers qui vendent un bien en parallèle est passée de 23 à 28%. La progression de cette catégorie d’acheteurs est intéressante à plusieurs égards. Elle pourrait impliquer un afflux de nouveaux biens sur le marché. Par ailleurs, les acheteurs-revendeurs présentent un profil et des projets distincts des autres acquéreurs.

Des acquéreurs plus matures dans leur profil et leur projet

Le profil de ces acquéreurs est en effet plus âgé que celui des acquéreurs sans revente de biens. 46% des acheteurs-revendeurs sont âgés de plus de 50 ans à comparer à 25% chez les acquéreurs sans revente. Leurs achats s’orientent principalement vers une maison (69% à comparer à 55% pour les acquéreurs sans revente), destinée à être leur résidence principale (93%, contre 82%). La moitié d’entre eux recherche un logement dans une fourchette allant de 200 à 400 000 euros, tandis que 62% des acheteurs sans revente s’orientent vers une fourchette inférieure : de 100 à 300 000 euros. Les motivations premières des acheteurs-revendeurs diffèrent également de celles des acquéreurs traditionnels : pour 63% d’entre eux, il s’agit de trouver un logement mieux adapté à leurs besoins et à leur confort et 35% aspirent à un meilleur cadre de vie. Composés en majorité de primo-accédants et d’investisseurs locatifs, les acquéreurs sans revente sont avant tout motivés par l’idée d’avoir un chez eux (42%) et la possibilité de constituer un capital (36%).

Un lobby en faveur de la stabilisation des prix

Doté d’un apport lié à la revente de leur bien, les acquéreursrevendeurs
sont a priori mieux lotis que les primo-accédants pour se lancer dans un projet d’acquisition. Pourtant, ils sont moins catégoriques que les autres acquéreurs sur la question de savoir si la période est propice à une acquisition : 53% sont favorables contre 61% sur le reste de la population d’acquéreurs.

Les acquéreurs-revendeurs ont, par ailleurs, une vision plus sceptique de l’évolution de leur situation financière personnelle. Pour 22%, elle s’est empirée à comparer à 15% pour les autres acquéreurs. Ils sont également plus pessimistes sur l’évolution du niveau de vie général dans les mois à venir : 61% prévoient une dégradation à comparer avec 56% pour les acquéreurs qui ne vendent pas de biens.

Ayant un apport potentiel important et un recul suffisant sur l’évolution historique des taux d’intérêt, ils reconnaissent l’attractivité des taux proposés de manière plus marquée (79%) que les autres acquéreurs (66%). Concernant les conditions d’octroi de crédit, ils ne témoignent pas plus d’aisance que les autres acquéreurs : elles restent difficiles pour 53% d’entre eux (52% pour les autres acquéreurs).

En ce qui concerne le niveau des prix, 61% prônent une stabilité à comparer à 51% sur les profils d’acquéreurs qui ne vendent pas en parallèle.

Enfin, 54% pensent que leur projet aboutira dans 6 mois à comparer à 62%. En effet, leur principale crainte est de ne pas pouvoir revendre leur bien avant d’en acheter un autre (73%). Là, où les autres acquéreurs sont majoritairement (71%) préoccupés par des prix trop élevés sur le marché (71%).

Aussi, lorsqu’il s’agit de fixer le prix du bien qu’ils mettent en vente, ils appliquent le principe de stabilité : en complément des conseils des professionnels (66%), ils s’appuient avant tout sur le prix de biens similaires sur le marché (57%).

En conclusion…

Ainsi, le profil des acheteurs-revendeurs est intéressant dans le sens où il implique l’arrivée de nouveaux biens sur le marché. Par ailleurs, leur projet d’acquisition se situe sur des fourchettes plus élevées que les autres acheteurs et ne constituent pas une concurrence directe pour les primo-accédants et les investisseurs locatifs. Ainsi, leur progression pourrait apporter une fluidité croissante au marché immobilier. A contrario, s’ils ne parviennent pas à vendre leurs biens, le marché pourrait s’enrayer. Aussi, la progression de ce profil d’acheteurs et son impact sur le marché reste à suivre...

Éclairage par Claire Juillard Co-directrice de la Chaire Ville et Immobilier Université/Fondation Paris Dauphine

« Le retour des candidats à la revente-acquisition peut être interprété comme le signe anticipateur d’un déblocage relatif des parcours résidentiels. Il apparaît de très bon augure si l’on considère combien les situations de captivité, de plus en plus fréquentes, sont préjudiciables aux ménages : non seulement elles leur imposent un décalage croissant entre leur situation matérielle et la dynamique de leur cycle de vie, mais elles les freinent dans leur parcours professionnel, voire prolongent les périodes de chômage qu’ils traversent en limitant leurs possibilités d’accéder à tout emploi impliquant de changer de logement. D’un point de vue plus mécanique, le retour des candidats à la revente-acquisition est à double tranchant : s’il peut contribuer à fluidifier le marché immobilier par le jeu d’achats-ventes qu’il implique, il peut aussi en gripper le moteur en cas de difficultés à revendre. En effet, les projets de ces nouveaux candidats à l’acquisition dépendent de leur capacité à revendre le bien dont ils sont déjà propriétaires. En la matière, la confiance apparaît encore limitée. Et pour cause : si la perspective d’une stabilité des prix atténue la crainte des revendeurs de voir leur bien déprécié, elle ne permet pas de dépasser le principal obstacle qui s’oppose aux candidats à l’acquisition : la cherté de l’immobilier. Derrière le retour des revendeurs-acquéreurs, il faut d’ailleurs bien voir le repli d’une catégorie clé d’acquéreurs : les primo-accédants, en particulier des catégories modestes. Il faut dire que les marchés immobiliers opèrent un tri social de plus en plus radical. L’accroissement de leur sélectivité s’est principalement opéré pendant la flambée des années 2000, période pendant laquelle les plus fortes augmentations de prix ont porté sur les biens les moins chers. La tendance n’est pas prête de se retourner comme l’annoncent les prévisions de l’Observatoire du moral immobilier. Elle reste à suivre, principalement dans les marchés tendus où les difficultés d’accès au logement se concentrent de façon exacerbée. »

Logicimmo & TNS Sofres : Enquête menée auprès d’un échantillon représentatif de plus de 1000 personnes ayant l’intention d’acquérir un logement.

Article précédent | pret immobilier
Neuilly : particularités et tendances immobilières d’un village parisien

Article suivant | credit immobilier
Marché de l’immobilier 2013 : 1er bilan mieux que prévu selon le 18e Observatoire du Crédit Immobilier meilleurtaux.com



Vous avez un projet immobilier

Le meilleur taux observé en novembre 2013

1.00%
1.30%
1.51%
1.79%
Taux fixes hors assurance, relevés chez les meilleurs courtiers prêt immobilier : Empruntis, Ab Courtage ou Cafpi
Taux des CourtiersIndicateur des Taux

Trouvez le meilleur taux

recherche prêt immobilier

Simulation gratuite, réponse immédiate !

pret immobilier et meilleur taux

Choisissez la meilleure banque pour votre prêt immobilier !

Photo © Scott Webb

Vos outils immobiliers

outils immobilier

Je prépare mon plan de
financement immobilier

Calculez votre crédit
immo : mensualités,
frais notaire, taux...


Articles les plus populaires

Calculez l'ensoleillement de votre bien immobilier
Calculez l’ensoleillement de votre bien immobilier
L'élaboration du plan de prévention des risques
L’élaboration du plan de prévention des risques
Une récession après la crise financière, et le secteur de l'immobilier en embuscade
Une récession après la crise financière, et le secteur de l’immobilier en embuscade
rachat de crédit

Astuces Immobilières

Bien acheter : 5 clefs utiles !
Bien acheter : 5 clefs utiles !
Lire l'astuce Toutes les astuces


Flash taux ! Le meilleur taux actuel (taux fixes, dossiers excellents) :
1.00%
1.30%
1.51%
1.79%


Infosimmo.com utilise des cookies. En continuant de naviguer sur notre site, vous consentez à l'utilisation de ces cookies. Pour en savoir plus, consultez notre politique Vie Privée et Cookies